Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Blog de Diego Boustosse - @forum_faceties

Le Blog de Diego Boustosse - @forum_faceties

Salut c'est Diego. Je devais gagner le Ballon d'Or et finalement je me retrouve avec un blog sur le FC Nantes


Urban Suspects

Publié par Football, Forum & Facéties sur 31 Mars 2015, 14:49pm

Jouer au foot avec des potes ne se limite pas à 1 ou 2 heures de chambrage, de mauvaise foi parsemées ici et là d’un but casquette ou d’un tirage de maillot aussi discret que le nez de Sylvain Kastendeuch au milieu de la figure. Des moments comme celui là sont également l’occasion rêvée de dresser une galerie de portraits, transposable probablement sur n’importe quel terrain du monde entier :

Le « bon élève » : il s’agit du joueur « concerné » de la bande. Lui il est là pour gagner ou du moins pour que la partie ressemble à quelque chose. On le remarque souvent à un détail, sa tenue vestimentaire est parfaite. Pas question de mettre des vieilles baskets avec un short « Henri Lecomte 1982 » et un tee shirt « Fruit of the Loom ». Non, lui il porte régulièrement la tenue du club local.

- Point fort : sérieux, garant du respect des règles, il a déjà tout prévu : la durée du match, la fréquence des temps de pause

- Point faible : une légère tendance au brisage de noix. Il peut se muter en une sorte de « Tony Chapron » du futsal.

Le « clébard » : Lui, c’est pas compliqué, il joue sa vie sous tes yeux, à chaque ballon et à chaque contact. Par nature, il est pote du « bon élève » et ne supporte pas le « touriste » dont nous parlerons plus tard.

- Point fort : En général, il court comme une mobylette, multiplie les appels et peste quand les ballons n’arrivent pas. On le distingue par un cri et un serrage de poing après chaque but.

- Point faible : Il y a de fortes chances qu’il finisse la soirée fâché avec son équipe, l’équipe d’en face, le gérant de la salle et les ¾ de la Ville.

Le « câlineur» : On le repère rapidement par une technique au dessus de la moyenne du groupe, dès l’échauffement il n’hésitera pas à te claquer deux ou trois gris-gris qui veulent dire : « T’as vu ou pas ? Moi j’ai du ballon Monsieur ». Il arrive souvent que le « câlineur » aime beaucoup le ballon, ça câline, ça tricote mais il ne connait pas la touche « passe » de la manette. Il est tout à fait capable de faire l’amour à l’ensemble des adversaires à base de passements de jambes ou petits-ponts sans pour autant marquer un seul but.

- Point fort : Il accroit tes chances de victoire

- Point faible : le « clébard » peut rapidement avoir envie de lui coller un coup de boule.

Le « touriste » : Lui, il est là « juste » pour être là. On le sent dès le début. Il joue en marchant. Il rigole exagérément avec le reste des joueurs et rapidement il s’embrouille avec le « clébard » en lui sortant LA phrase du « touriste » : « Détends toi ! On est là pour se marrer, c’est pas la Coupe du Monde ».

- Point fort : En général, beaucoup plus à l’aise à débrieffer le match une bière à la main

- Point faible : A peu près tout.

« L’ex bon » : C’est sans doute le plus drôle de la bande. Ce mec là a été bon, il a dû avoir son petit niveau sur les terrains de U15 ou U17 ce qui lui a permis de conclure avec Jessica et Vanessa au bar de la boite Le Pélican à la fin des années 90. Le petit souci c’est qu’il a pris quelques années… Le physique ne suit plus (il a souvent la blessure « imaginaire récurrente » qui lui permet d’expliquer d’être pris de vitesse). La technique est toujours là par touches mais « l’ex-bon » se lance parfois dans des contrôles en extension ou des talonnades débouchant parfois sur des blessures non imaginaires.

- Point Fort : il a sa fierté, il hésitera pas à mettre le coup d’épaule qu’il faut.

- Point Faible : il chambrera beaucoup au début et nettement moins au fur et à mesure du match. Il perdra 10 litres de sueur et prendra un mini coup de vieux à chaque match.

Le « Jeune cabri » : Il est jeune, parfois beau, mais toujours sautillant. C’est clairement l’ennemi de « l’ex-bon » mais aussi du « clébard » qui ne peut pas blairer ce gamin qui galope et tente des petits ponts. En général silencieux pendant le match, il ridiculisera le « touriste » ce qui lui vaudra l’approbation du reste du terrain. En revanche, frêle au contact, sa blessure n’est pas à exclure.

- Point fort : il donne de la vitesse au jeu, ça contraste avec le « touriste » et « l’ex bon »

- Point faible : ses tibias seront systématiquement la cible du « clébard » et il sera probablement traité de « puceau » entre 30 et 40 fois pendant le match.

Le « travailleur de l’ombre » : jamais clinquant, jamais sapé à la Cristiano, rarement le plus bavard mais probablement le plus « propre » dans son jeu. Il fait peu de choses mais il les fait bien et sans chichi. Il sortira de ses gonds uniquement pour insulter le « câlineur » qui bouffe la feuille depuis ½ heure.

- Point fort : c’est souvent un patron naturel. Il a le même niveau du début à la fin du match

- Point faible : il pourra être assez pote avec le « bon élève » en étant capable de sortir des phrases du genre : « Non mais y’a des règles les gars ! » ou encore « On fait encore une pause ? »

Le « frustré des cages » : Contrairement aux autres profiles, celui là est temporaire. On est tous un peu le « frustré des cages » mais bon, de temps en temps, il faut s’y coller, enfiler les gants et se faire canarder par notamment le « cabri », le « clébard » ou « l’ex bon » mais pas par le « câlineur » (trop occupé à dribbler la salle entière) ou le « bon élève » (trop occupé à surveiller le chrono).

- Point fort : il peut devenir le héros de la soirée en cas de maladresse des attaquants qui réussissent à ne tirer que sur lui ou sur les poteaux

- Point faible : sait rester les bras le long du corps histoire de s’assurer que le ballon ira au fond dans le but de pouvoir reprendre sa place sur le champ.

Le « chambreur » : Jouer au foot c’est bien, mais le « chambreur » ne conçoit pas le jeu sans parler en permanence, commenter la moindre action etc… il sera souvent celui qui insultera le « cabri », qui fera remarquer à « l’ex bon » qu’il a perdu de sa superbe et au « bon élève » qu’il peut se ranger son règlement façon suppositoire.

- Point fort : Il met l’ambiance, il compense le mutisme du « travailleur de l’ombre »

- Point faible : Une vanne de trop et il se met le « clébard » à dos et finira en « frustré des cages »

Le « Fumi humain » : Le roi de l’enflammade… une soirée sans avoir tenté quatre retournés acrobatiques est une soirée ratée. Si par malheur, il commence le match par marquer, il va se prendre pour Van Basten le reste du match. Dès lors, il va se sentir obligé d’imiter le « câlineur », de ne pas écouter les consignes de jeu du « bon élève » et arrosera toute la salle de frappes de plus en plus improbables. Il sera très certainement calmé par le « travailleur de l’ombre » ou alors vexé par le « chambreur ».

- Point fort : un mimétisme étonnant avec les choix de frappes d’Ismael Bangoura.

- Point faible : il peut être à peu près certain de se faire chambrer après le match et pendant les jours qui suivent.

Le « coup d’un soir » ou le « joueur inconnu » : Il y en a toujours un. Il est souvent là parce qu’un joueur a déclaré forfait 2 heures avant. Presque personne ne le connait, il est observé par tous les autres pendant les premières minutes car chacun pense « Merde, c’est peut être un crack, il va nous mettre une misère intersidérale ». On le reconnait souvent par le nombre de fois où les autres se trompent sur son prénom ou l’appellent «Hey ! ».

- Point fort : s’il est nul, il a la possibilité de se cacher derrière le classique " c’est pas facile quand on connait pas les déplacements des autres"

- Point faible : il voudra revenir. Et là, il devra obtenir l’approbation des 10 joueurs déjà cités précedemment ce qui signifie que…

Tout candidat à l’équipe de bras-cassés devra être :

- Pointilleux comme le « bon élève »

- Rugueux comme le « clébard »

- Irritant comme le « câlineur »

- Nonchalant comme le « touriste »

- Ni trop fort / Ni trop nul comme « l’ex bon »

- Grande gueule comme le « chambreur »

- Mégalomane comme « le Fumi humain »

- Adoré se faire allumer à 2 mètre comme le « frustré des cages » - Discret comme le « travailleur de l’ombre »

- Foufou comme le « cabri »

Bref, vous l’aurez compris, quand on joue entre potes, le casting est impossible car il est improbable et il fait le charme de ces soirées. Evidemment certains lecteurs se reconnaitront dans certains de ces personnages. Je précise que je me suis amusé à les dépeindre, non pas pour les moquer, mais pour leur rendre hommage car ils participent au réel plaisir que je prends lors de ces soirées. Vivement la prochaine..

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents